isolation des combles
- Maison & Jardin

Des points importants à connaître avant de réaliser une isolation de combles

L’isolation des combles est indispensable, si votre maison est dans un climat froid, la garder au chaud en hiver coûte cher. Évidemment, il est possible de faire baisser le thermostat et vous habituer à vous vêtir de pulls volumineux dans la maison pour économiser sur les coûts.

Cependant, si votre grenier est inachevé, l’isolation est l’une des solutions les plus simples permettant de baisser le coût de votre facture de chauffage cette saison. C’est un projet que vous pouvez effectuer en un week-end et vous allez voir que les épargnes que vous accomplirez s’additionnent tous les ans. Toutefois, il est indispensable de recourir au service d’un professionnel pour assurer de mener à bien votre projet. 

Commencez par le plancher du grenier et choisissez votre type et matériau d’isolation des combles 

Arrêtez de faire de votre comble un stockage. Pourquoi ? Parce que, l’isolation de comble le plus facile et le moins coûteux est de mettre du matériau au sol. Toutefois, si le plancher est blindé de contreplaqué, il ne sera plus possible d’installer suffisamment d’isolant en bas afin de réaliser le travail, et ce, même si le temps est chaud.

Envisagez aussi de consoler le revêtement de sol et d’empiler le nouvel isolant au-dessus de l’ancien. Le sol étant parti, il est indispensable de trouver un autre endroit pour stocker les affaires que vous avez placées dans le grenier.

Pour l’isolation des combles, deux choix s’offrent à vous : l’isolation en vrac ou en natte. Ces deux solutions peuvent être utilisées pour les combles non isolés ou superposés à la matière existante. Après avoir choisi le type d’isolation qui vous convient le mieux, considérez les matériaux disponibles et les prix pour dénicher le meilleur produit. Il est conseillé de toujours voir les étiquettes pour avoir plus de détails sur les articles que vous souhaitez acheter.

  1. Remplissage lâche

Les fibres isolantes sont conditionnées dans des sacs et soufflées en place à la profondeur et à la densité souhaitées grâce à des machines spéciales disponible en location dans un centre à domicile. Il est possible de disperser le remblai en place et l’étaler à la main, toutefois, le processus requiert plus de travail et les résultats ne seront pas meilleurs.

C’est une solution plus adaptée aux :

  • Combles avec un espace inégal ou non standard des solives
  • Combles avec des obstacles, et de gravités pour contourner
  • Combles disposant d’isolant qu’il faut couvrir, car il encombre les interstices et les joints
  • Greniers à faible détachement avec élévation libre limitée pour les manœuvres au moment de la pose

Plus léger que la cellulose ou encore la laine minérale, toutefois, il se fixe plus que ces derniers, vous devez donc ajouter une couche plus épaisse pour avoir le soutien qu’il vous faut.

  1. Cellulose

Valeur R par pouce: 3,2–3,8

Réalisé avec de la fibre de papier recyclé post-consommation traitée et conçue pour combattre les insectes et le feu. C’est aussi le matériau soufflé le plus fréquemment utilisé, cependant, il peut facilement se détériorer et se moisir en cas de contact à l’humidité.

  1. Laine minérale

Valeur R par pouce: 3,0 à 3,3

Conçu avec de la fibre de roche ou scories recyclées de hauts fourneaux

Cet isolant dispose d’une résistance naturelle au feu, mais coûte plus cher que les autres matériaux en vrac.

Comment réaliser votre isolation de combles ?

Comptez la superficie en pieds carrés de votre espace. Si vous choisissez un remplissage en vrac, il est indispensable de bien lire les étiquettes, chaque sac classe les profondeurs nécessaires pour une gamme de valeurs R et la quantité de sacs essentiels pour couvrir 1 000 pieds carrés à ces profondeurs. Pour les nattes ou les rouleaux, déterminez le nombre selon la largeur et la longueur du produit que vous utilisez. Dans les deux cas, il faut avoir un sac ou un rouleau supplémentaire, c’est toujours désagréable d’en manquer au moment de terminer la pose.

Première phase de la préparation : boucher les fuites d’air

Les espaces dans le comble ou entre les étages inférieurs, et le comble vont aider l’air chauffé (ou refroidi) de s’évaporer vers les grands extérieurs non climatisés, ce qui rend particulièrement inutile toute isolation des combles que vous mettrez. Voici une solution rapide pour fixer les points sujets aux courants d’air.

  • Autour des fenêtres du comble : l’usage de la mousse vaporisée en conserve à expansion minimale autour du boîtier et un coupe-froid en mousse pour fixer les fuites se trouvant sur les châssis et les jambages.
  • Autour des tuyaux, des fils, des ventilateurs d’extraction et des conduits : les espaces de ¼ de pouce ou moins peuvent être fixé avec du mastic coupe-feu, scellez les plus grands jusqu’à ½ pouce avec de la mousse en aérosol coupe-feu.
  • Autour des cheminées et des conduits de fumée : faites usage d’un solin métallique plombé avec un calfeutrage haute température ou du ciment pour fournaise.

Autres étapes clés de préparation avant d’isoler

Évitez de réaliser ces étapes si vous souhaitez que votre isolation des combles dure pendant des années et garde l’air conditionné à sa place, c’est-à-dire, à l’intérieur de votre habitat.

  • Restaurez les fuites de toit : L’eau et l’isolation sont deux choses que l’on ne peut pas utiliser en même temps. Il engendre un humus fertile pour la moisissure et le mildiou et détruit les poches de piégeage d’air qui réunissent le flux de chaleur. Trouvez d’éventuelles taches d’eau sur le revêtement du toit ou des marques d’humidité ou de moisi sur les solives du comble et l’isolation qui existe déjà comme signe de l’endroit où vous trouverez les fuites.
  • Boîte de luminaires : Il ne faut jamais laisser le matériau effleurer ou couvrir les lumières ou encore les boîtes sauf si votre isolant est en laine minérale ou si vous avez des luminaires considérés comme sans danger en cas de contact avec les isolants. En effet, cela peut provoquer de l’incendie. Il est recommandé d’utiliser du chiffon de quincaillerie, du contreplaqué de rebut ou encore du contreplaqué de rebut afin de concevoir un espace de sécurité autour des luminaires.
  • Conduisez les radiateurs d’extraction et les évents vers l’externe : certes, cela peut être contraire au code du bâtiment, de ventiler tout type d’échappement dans un comble, mais pas mal de constructeurs de maisons ont su se débrouiller avec cette solution.

Se protéger au moment d’installer l’isolation

Pour réussir l’isolation des combles sans problèmes ni blessures, voici quelques solutions :

  • Il est conseillé de porter une chemise à manches longues, un masque anti-poussière, un pantalon long, des lunettes, des gants de travail, pour mettre vos poumons, vos yeux et votre peau à l’abri des fibres.
  • Éviter de se tenir sur les solives. En effet, si vous n’avez plus d’équilibre, vous pourriez tomber à travers le plafond. Vous pouvez utiliser du contreplaqué ou des planches amples et solides pour vous appuyer. Vous pouvez très bien aussi les déplacer au moment de travailler. Pour une stabilité optimale, ils doivent couvrir au minimum trois solives.

Vous pouvez aussi éclairer les coins sombres du comble avec des lanternes portatives ou de lampes  à clipser.

  • Préserver le flux d’air du grenier

Vous pouvez masquer les évents de soffite avec du remplissage ou des nattes en vrac, c’est surtout à éviter si vous remplissez de l’isolant le long des avant-toits. Le flux d’air des soffites vers l’évent de faîtage conserve le toit frais et devance les barrages de glace, et le matériau bloquera ce flux. C’est aussi pour cela que l’isolant ne doit pas frôler par-dessous le toit. Attachez des chicanes en plastique ou en mousse sur le revêtement du toit, près de l’avant-toit, pour éloigner le matériau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *